Les lémuriens, incontournables lors de votre voyage à Madagascar

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter

Rendus populaires par le dessin animé Madagascar de Dreamworks, les lémuriens restent les animaux les plus représentatifs de Madagascar. Toutes les espèces sont des primates strepsirrhiniens endémiques de la grande Ile. Parmi elles, le Microcèbe de Mme Berthe, le plus petit primate du monde, qui pèse 30 grammes, ainsi que l’Indri, qui peut peser jusqu’à 9,5 kg.

Comment les lémuriens sont-ils arrivés à Madagascar ?
Selon les chercheurs, cette espèce aurait disparu en Afrique face à la compétition avec les autres primates, ceux de Madagascar ont pu prospérer et évoluer. Ils supposent que les premiers lémuriens sont arrivés à Madagascar sur des troncs flottants, à la suite de catastrophes naturelles car l’hypothèse d’une population résiduelle protégée par la séparation de Madagascar du continent africain semble irréaliste. En effet, cette séparation s’est effectuée il y a 90 millions d’années alors que les lémuriens ne sont apparus qu’il y a 70 millions d’années.

Les premiers hommes sont arrivés à Madagascar il y a 2000 ans et ont ainsi pu rencontrer des lémurs géants. Ces derniers étaient majoritairement terrestres et certains pouvaient peser 200 kilos comme Archaeoindris fontoynontii, qui était gros comme un gorille. Aujourd’hui, le plus gros des lémuriens ne dépassent pas les 5 kilos et nous savons aujourd’hui que 17 espèces ont disparu durant ces deux derniers millénaires.

Les lémuriens, une espèce menacée
15 genres et 101 espèces et sous espèces de lémuriens étaient officiellement reconnus en 2010. Par rapport a ces chiffres, la UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) classe 8 espèces en menace critique d’extinction, 18 en danger, 15 vulnérables, 4 quasi menacées, 8 de préoccupation mineure. La famille des lémuriens comporte 36 espèces dont la grande majorité ne se trouve qu’à MADAGASCAR.

Les difficultés économiques que rencontre Madagascar est la première cause de la déforestation : une agriculture intensive mais à rendement faible, d’une exploitation illégale d’arbres dont le bois de rose, sans oublier les activités de chasses qui permettent a la population de vivre dans de meilleures conditions. Les statistiques actuelles ont démontrés que 3% des terres de l’Ile sont protégées soit 17000 km2.

Suite à des expéditions dans des régions reculées de l´île et de nouvelles méthodes d´identification génétique, 3 nouvelles espèces de lémuriens (microcèbes) viennent d’êtres découvertes par des scientifiques de l’Université d’ Antananarivo et du Centre allemand de Primatologie (Deutsches Primatenzentrum, DPZ). Ces espèces ont respectivement été nommées, Microcebus ganzhorni, Microcebus manitatra et Microcebus Boraha
Actuellement, il existe 24 espèces connues de ce groupe de lémuriens, alors qu´il y a 20 ans, seulement deux types de ces petits primates nocturnes étaient répertoriés.

Où les rencontrer lors de votre séjour à Madagascar ?
Vous pourrez rencontrer ces lémuriens dans presque tous les parcs naturels de Madagascar, comme, Le parc Ranomafana, près d’Ambavalao, ou même dans les sites touristiques comme le Tsingy de l’Ankarana ou Nosy komba.

Par contre, les sites incontournables pour voir ces magnifiques créatures sont, Anjozorombe, il vous sera possible d’observer le fameux Indri-Indri, le plus grand lémurien de Madagascar ainsi que le lémurien à couronne dorée : le Propithèque de Tattersalli, ensuite, Andasibe Mantadia, car le parc, constitué par deux aires protégées, la réserve spéciale d’Analamazaotra et le parc national de Mantadia, héberge 14 espèces de lémuriens et enfin, Ankan’ny Nofy, uniquement accessible en bateau et réputé pour sa dizaine d’espèces de lémuriens évoluant en pleine liberté dans la réserve, Indri, Sifaka, Coronatus, Varécia, variegata, Propithèques, et bien d’autres encore.

Fermer le menu
Aliquam Praesent ut Donec libero efficitur. nunc ipsum fringilla

Vous partez déja ?

J’espère que vous avez trouvé ce que vous cherchez ?

  • Si oui, super !
  • Si non, j’en suis désolé …

Dans les deux cas, je vous serai très reconnaissant de me faire un retour d’expérience, ceci m’aiderai beaucoup à améliorer ce site