Madagascar, a story rich in events

History of Madagascar

The Red Island, with its thousands of kilometers of deserted coastline, with only a few fishing villages to animate them, its characteristic fauna and flora, its unexplored coral reefs rich in life, its tributes in which a population that represents a important mixture of Indian, Chinese and Indonesian blood, the red island where Madagascar represents, despite the proximity of the Mozambique coast, an entity quite different from that of the African continent.

Formed, probably, by the continental shift, following the Gondwana theory, Madagascar remained well off the highways of explorers first, then tourists.

Les premiers à toucher et à explorer les côtes malgaches furent les Arabes vers 1 400, tandis que les premiers Européens à tenter de s’y installer furent les portugais au début du XVIème siècle. Ils sont suivit des français. Intéressés par la « Route des Indes » et poussés par l’impossibilité de continuer leurs aventures dans les caraïbes, plusieurs pirates rejoignirent l’Océan Indien, y créant des bases un peu partout et principalement à Madagascar vers la fin du XVIIème siècle.

Le plus intéressant de ses aventuriers fut Avery qui se proclama « roi de Madagascar », prit des attitudes d’empereur, s’établit avec son équipage dans la Baie d’Antongil, dans le Nord Ouest de Madagascar, dans une île appelée Nosy Mangabe (île très bleue). A la même époque, deux personnes singulières commencèrent à écumer l’Océan Indien, le capitaine Misson et le prêtre dominicain Caraccioli. De leur association va naître à Diego Suarez une « République de Pirate » baptisée « Libertalia ». Cette étrange association entre hors-la-loi organisés politiquement prit de l’ampleur dan la zone de l’Océan Indien et rappelle, en partie, l’histoire bien connu de l’île de la Tortue.

D’autres pirates visitent ou s’installent sur les rivages de l’Océan Indien : Kidd Tew, Read et La Buse sont les plus importants.

During the following centuries, different Malagasy tributes were organized in independent kingdoms to each other on various parts of the territory.

Towards the end of the 18th century, the Merine people in the highlands saw King Andrianampoinimerina, who favored a more modern state and national unity, gain access to the throne. He tried to organize politically, administratively and economically the populations of the highlands.

It was during the nineteenth century that Madagascar opened up to European influence, thanks to King Ramada's policy of openness to the outside world.st.

Queen Ranavalona I, who succeeded him in 1828, retreated, created obstacles to foreign penetration and fought everything European. His reign ended in 1861 and was characterized by armed struggles against France and England.

The history of Nosy Be can begin during the reign of Ravavalona I. At that time, 'the island was called Ambario Be (the largest of several islands) and its population was made up of about 200 Antankarana. In 1836, on the Great land of Madagascar, Queen Tsiomeko reigned over the Boina. His people were forced to take refuge in Nosy Komba in front of the pushed Merina. The Queen took the lead of this exodus.

Quand le brigantin français « Le Colibri » arriva en 1839 dans la rade de Nosy Be, son commandant, envoyé par les autorités françaises de la Réunion pour une croisière d’exploration de côtes malgaches, trouva à Nosy Be une situation politique nettement favorable à a France.

The Sakalava, after having asked for help from the Sultan of Zanzibar and the authorities of Mauritius, asked France for protection and assistance, who in 1841 agreed to take possession of the Nosy Be and Nosy Komba islands.

After some fighting against the Merina, calm returned to this region. Since then, the history of Nosy Be and its archipelago has developed in parallel with that of the large island of Madagascar.

La capitale d’Antananarivo (Tananarive) est conquise par les troupes françaises après une première guerre en 1883 et une seconde en 1894. La « loi d’annexion » à la France est proclamée le 6 aout 1896 et met ainsi fin à l’indépendance de Madagascar. Le Maréchal Gallieni, premier gouverneur de l’île Rouge, va devoir lutter encore un dizaine d’années contre les noyaux de résistance, organisés en « guerilla » avant d’établir la paix sur l’île.

Gallieni and the governors who followed him made many road works by developing agriculture and commerce.

Après la deuxième guerre mondiale, les revendications non satisfaits des Malgaches aboutirent à une rébellion de mars 1947 qui fut violemment réprimée par les forces d’occupation françaises. Après une période de calme et des changements sensibles dans la politique française, on parvint à l’abolition de la « loi d’annexion de 1896 ».Mais les revendications malgaches se firent de plus en lus pressantes jusqu’à la proclamation de l’Indépendance, le 26 Juin 1960.

Madagascar is again independent and elects at the head of the country Philibert Tsiranana, which was deposited during the Revolution of 1972 which brought the soldiers in power. Detail of independence (June 26, 1960) on this article.

La stabilisation du pays est acquises avec le référendum du mois de Décembre 1975, qui fit du Capitaine  de Frégate Didier Ratsiraka le premier président de la République Démocratique de Madagascar, et la proclamation d’idéaux socialistes mieux définis, comme l restructuration administrative sur la base des « fokonolona » et des « fokontany », entités politico-sociales résolument malgaches.

fringilla luctus mattis mattis lectus ut

About

Mada reste une destination méconnue et que ce soit au niveau des visas, des vols, des hébergements il est parfois difficile de trouver l’information voulue. C’est la que Live Madagascar entre en jeux

Site sponsorisé par

logo booking UP
Agence de visibilité hôtelière
Nous accompagnons les hôtels dans la reprise de leur visibilité web