Somaroho, the Salegy Festival

Somaroho, the Salegy Festival

Sômarôho est aujourd’hui un festival incontournable à Madagascar. Le sens profond de son nom signifie « vivre la vie en toute liberté sans déranger celle des autres ». Dans cet esprit, il se tient chaque année à Nosy Be pour faire connaître la musique malgache sur la scène internationale. Pendant 5 jours et 4 nuits, l’île au parfum est enivrée de musique, de danse et de partage. Découvrez ce que ce fameux évènement a de si particulier.

It all started with the Salegy

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

C’est une musique traditionnelle malagasy originaire des régions côtières tout le long du Canal de Mozambique. Aux temps anciens, il accompagnait les Tsimihety et les Sakalava pendant le « Joro », un rituel de sacrifice de zébu pour demander les faveurs des ancêtres et du Zanahary, le Dieu ancestral des Malgaches.

Le Salegy a depuis été répandu dans toute la grande île et importé à l’international par Jaojaoby Eusèbe, connu comme étant le Roi du Salegy. Sa cadence était plus lente à ses débuts, semblable à un mélange entre les airs caribéens et la mélodie des guitares du Soweto. Au-delà du genre musical, le Salegy est aussi devenu une danse rythmée emblématique à Madagascar. Aujourd’hui rendu populaire, il s’est modernisé et se tourne vers des publics plus jeunes. Une reconversion réussie dont un des ténors est le chanteur Wawa.

Prince Wawa

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

Né à Nosy Be, Andrihamahazo Joël Issoubaly dit Wawa, a fait du Salegy LA musique de fête par excellence à Madagascar. Le tempo a été accéléré et l’agencement des accordéons, guitare électrique, kabosy (le ukulélé malgache), batteries et djembé transcendent les Malagasy sur son rythme effréné. Fils de menuisier, Wawa a commencé sa carrière comme batteur avant de continuer sa carrière en solo. On peut dire à juste titre qu’il a définitivement le rythme dans la peau. Avec son groupe, il remporte au fil des années un énorme succès à travers la grande île et devient l’un des rares artistes malgaches à réaliser plus de 170 prestations sur tout le territoire, sans compter ses tournées à l’étranger. Ce qui lui vaut son titre de Prince du Salegy.

A successful anniversary

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

Depuis ses débuts, Wawa performe immanquablement à Nosy Be chaque année au mois d’Août. D’abord pour honorer sa ville natale, mais aussi pour fêter annuellement la création de son groupe. Passionné et véritable showman, le salegyman ambitionne « d’avancer et de porter de plus en plus haut le flambeau malgache grâce à la musique ». De cette tradition et de cette volonté est donc née la 1ère édition du festival Sômarôho. Cet évènement a depuis réuni des artistes malgaches et internationales de tout genre : le Salegy bien sûr, mais aussi la Pop, l’Afropop, l’Afrobeat, le Reggae, le Makoussa, le Coupé décalé, le R&B, etc. L’énorme travail fourni, la crédibilité, le professionnalisme et surtout l’ambiance de folie sont autant de facteurs qui ont érigé le festival Sômarôho à sa renommée actuelle. En 2018, l’évènement fêtait en même temps sa 5e edition and the 15e anniversary of the group.

Let the party begin

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

Pendant 5 jours et 4 nuits, c’est l’euphorie à Nosy Be. Généralement programmé vers la première semaine du mois d’Août, le festival commence un jeudi pour se terminer le lundi suivant. Tout d’abord, il est ouvert par un carnaval qui mobilise toutes sortes d’associations de jeunes, de coopératives, et d’associations de femmes, etc. Les participants arpentent les rues de Hell-Ville, arborant des tenues traditionnelles ou des créations multicolores des plus loufoques aux plus travaillées, des danses et des chorégraphies endiablées, afin de rejoindre le stade municipal d’Ambodivoanio. Ce dernier accueille l’évènement chaque année avec une capacité d’environ 50 000 personnes. Depuis, Wawa a été surnommé le « Konka » d’Ambodivoanio, signifiant « maître ».

Somaroho, the Salegy Festival

Par ailleurs, le festival invite environ une vingtaine d’artistes de tous les horizons, un véritable melting pot de talent. Parmi les locaux, les plus grands noms comme le Roi du Salegy Jaojaoby sont de la fête. On peut aussi citer entre autres Big MJ, Tence Mena, Shyn, Ny Ainga, Stephanie, Rak Roots, Lico Kininike et bien d’autres, chacun venant d’un univers musical différent. Le festival constitue aussi un tremplin inédit pour promouvoir et découvrir les nouveaux artistes malgaches qui y trouvent l’occasion de performer devant un public plus large.

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

Chez les internationaux, il a compté parmi ses invités le Franco-Congolais Singuila, le Togolais Toofan, le Mahorais Bacoili, la Française d’origine portugaise Luyanna avec qui Wawa a sorti un single, Serge Beynaud qui est un des grands noms du coupé décalé Ivoirien, la Camerounaise Daphne qui a inondé les ondes et boites de nuit internationales avec son tube « Calée » ou encore le Tanzanien, Diamond Platnumz, dont la collaboration avec Ne-Yo sur le titre « Marry You » est dansée à tous les mariages. Le Prince du Salegy lui clôture l’évènement, enflammant le stade jusqu’au matin.

Moringue nosy be

En outre, Sômarôho, c’est aussi une rencontre sportive et culturelle : élection de Miss et Mister, moraingy, pétanque, foot, tombola, jeux concours, etc. Le tournoi de basket-ball a pris au fil du temps une dimension particulière durant le festival. À l’instar des musiciens, les équipes venant des 4 coins de l’île y sont présentes après un tournoi de qualification, ainsi que ceux de l’ile Maurice et de La Réunion.

Malgré sa jeunesse, c’est peu dire que Sômarôho a aujourd’hui affirmé sa position parmi les rendez-vous à ne pas rater de la grande île. Il est à la fois une découverte musicale, une expérience culturelle, une manifestation sportive et un charme touristique.

More than music

You will agree that such a big event has a significant impact on Nosy Be, and by extension all over Madagascar. For example, the proceeds from the basketball competition were allocated to the City Hospital, Nosy Be High School, or to renovate the Ambodivoanio stadium, a youth recreation area. The rest of the year. Add to this the economic benefits for locals thanks to the influx of visitors. Nosy Be has become an almost "complete" tourist destination.

Beyond its paradisiacal beaches, its natural wealth both marine and terrestrial, it has today added a cultural dimension that makes it a flagship destination in Madagascar. Indeed, the atmosphere, the party and the pride inspired by the event have awakened Malagasy young people from all over the island. Despite the hard life, from Diego to Tulear and from Majunga to Tamatave via the capital, they all dream of the experience. Eh yes ! Nosy Be, this is not the door next door for the Malagasy. If not for those who have the means, Sômarôho has certainly contributed to the explosion of local tourism.

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

For this year, the 6e edition, Sômarôho will run from 1st to 5th August 2019. The Tanzanian Diamond Platnumz is sure to redo part of the festival. The rest of the poster is not yet unveiled. We will keep you informed when the time comes. A special approach is that Wawa chooses the guest artists based on the opinion of his fans on Facebook through a survey. If that's not cool !!!

Sômarôho ou « vivre la vie en toute liberté sans déranger celle des autres » prend donc tout son sens : un partage, une fierté, une affirmation de soi. Une digne illustration de l’essence même de Madagascar : l’unité au sein d’une diversité culturelle. Bref, si ça vous branche, quelques conseils de notre part pourraient peut-être vous servir.

Some tips ... not exhaustive

Somaroho, the Salegy Festival
Photo source

Il va sans dire que si vous souffrez d’hyperacousie ou d’ochmophobie, ce genre d’évènement n’est pas pour vous. Il est plus dirigé vers des personnes qui désirent avoir une expérience réelle au cœur des locaux, férus d’aventures et de fun. Ceux qui veulent découvrir la population et la musique malgache pendant leur passage, expérimenter la fête malgache autrement que dans les cohues des boîtes de nuit malfamées, un tantinet amateur de musique (mais pas obligatoirement), Sômarôho a définitivement l’air et la chanson de la culture malgache. Nous avons réfléchi sur la question et sommes arrivés aux quelques notes suivantes :

  • Sômarôho is best known for its safe atmosphere. Since its creation, the festival has always been uneventful and the city authorities have been working hard to ensure the safety of everyone. There will inevitably be a crowd, but we are far from a Woodstock. On the other hand, if you are looking for a fight, it is at your own risk.
  • All the general precautions of a trip to countries like Madagascar are of course maintained. Leave your valuables in the hotel, the lively places are likely to hide pickpockets like everywhere in the world. No need to point out and spread your "riches" under the eyes of everyone, this is not the right place. Avoid ice cubes and uncooked foods if you have a weak stomach, get enough local currency, etc.
  • Book your hotels or places well in advance, as the month of August is the high season of the holidays for both foreign and domestic tourists. The perfume island is a very popular destination. For small budgets, some hotels or guest houses offer special rates for events of this kind.
  • Food is not lacking during events of this type. There will be a lot of grilling: meat, chicken, seafood or fries accompanied by raw vegetables. For reference, a beer, a bottle of coca or mineral water costs between 2,000 to 5,000 Ar. Different rums: white, amber, arranged with ginger, vanilla or other flavors are also available to warm you up. Consume with moderation, we will never repeat it enough.
  • Unfortunately, one reality is that Nosy Be knows the scourge of sex tourism. The latter is punishable by Malagasy law and liable to imprisonment. In addition, it is sometimes difficult to determine first-hand the true age of Malagasy people. It is therefore very likely that you come across minors. The key word is to respect oneself and respect the country, its laws and its inhabitants. To help you with good practices, a French NGO, ECPAT, has recently released a guide for the responsible traveler in Madagascar. It is downloadable on the internet and is intended for all types of travelers, national or foreign.
  • If you are afraid of how you will be received, refer to our article on Malagasy population. The locals are hospitable and will appreciate very much that you are interested in their culture.
  • When you're in the mood and want to keep up, the Salegy is a dance in itself. You can start at the beginner level by clapping by following the rhythm. At the intermediate level, locate the "fôlaka", the part of the music usually located at the interlude (after 2 refrains and 2 verses). The rhythm accelerates, you will have the impression that the musicians play another piece and they have in addition the propensity to extend the improvisation on it. This will be the signal that tells you to start to swing. Expert level, turn your head from left to right, from top to bottom and in all directions during the fôlaka. As explained previously, the Salegy being born from the ancient traditions, the dances are thus directly inspired by mimicking among others the cults of possession. Otherwise, if you do not want to take the lead, get in tune with what the dancers do on stage or the Malagasy movements around you. 
  • To give you a glimpse of the genre, here are some of the best known titles that will give you the "The" in Sômarôho. They may inspire you: Jaojoby - Mangala vaiavy; Wawa - 400 Volts; Stéphanie - Dontsiky; Big Mj - Na Lingui Yo; Tence Mena - Sitrany Solo; Dalvis - To; Serge Beynaud - Kota na Koto; Martiora Freedom - Hafahafa; Vaiavy Chila - Tsy Ambelako Ampirafy Anao; Shyn - Resim-pitia.
  • Finally, when the Prince of Salegy Wawa goes on stage, he has a singular habit of haranguing the crowd to stay until the next morning around 10 am, even to close the gates of the stadium. Atmosphere requires. If you have a flight the next day or a program done, you are warned!
massa suscipit adipiscing consectetur porta. mattis pulvinar

About

Mada reste une destination méconnue et que ce soit au niveau des visas, des vols, des hébergements il est parfois difficile de trouver l’information voulue. C’est la que Live Madagascar entre en jeux

Site sponsorisé par

logo booking UP
Agence de visibilité hôtelière
Nous accompagnons les hôtels dans la reprise de leur visibilité web